25 Apr 2021
Un voyage à travers la lutte des femmes portugaises
Pourquoi, en tant que femmes portugaises, devrions-nous célébrer le 25 avril?
Josefinas_Suffragette_Blue

Il fut un temps dans l'Histoire du Portugal – et du monde – où, plus qu'étouffée, la voix des femmes était réduite au silence. Parce que cette voix avait déjà un destin établi et des limites définies. Le bien-être et la survie de la femme dépendaient de la qualité de sa relation avec l'homme, comme si elle avait été créée pour le servir. Il s'agit d'un article d'admiration pour les réalisations inspirantes de celles qui ont lutté contre le système de possession et d'oppression bien avant que le changement ne soit en vue.

Le premier pas vers ce changement a été fait entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, lorsque les femmes ont pris conscience qu'il existait un nombre infini de possibilités au-delà de la routine domestique et que les règles qui leur étaient imposées n'avaient pas vraiment de sens. Bien qu'apparemment superficielle, la libéralisation des coutumes a appris les femmes à être audacieuses et différentes, à s'écarter des attentes et à suivre leurs propres convictions. Cette attitude déborderait et motiverait les femmes à s'organiser afin de changer leur rôle dans la société.

Néanmoins, jusqu'au 25 avril 1974, les femmes étaient dans une position de désavantage indéniable. Elles ne pouvaient pas entrer en politique, elles ne pouvaient pas concilier une carrière d'infirmière et le mariage, le droit à l'avortement ne leur était accordé en aucun cas. De plus, les femmes gagnaient 40 % de moins que les hommes pour les mêmes fonctions, étaient soumises à la volonté du Chef de Famille et subissaient de nombreuses injustices tout au long de leur vie. La révolution a donc ouvert une fenêtre par laquelle les femmes pouvaient regarder avec espoir.

Réalisations:

  • En 1969, la femme n'avait plus besoin de l'autorisation de son mari pour voyager à l'étranger.
  • En 1974, les atténuations spéciales pour le crime d'homicide commis par le mari contre la femme adultère ont été abolies.
  • Le 12 juillet 1974, les femmes sont admises dans la magistrature et les services diplomatiques.
  • La Constitution de 1976 a défini que tous les citoyens ont la même dignité sociale et sont égaux devant la loi, mettant fin à la définition de l'homme comme "chef de famille" et à l'obéissance ultérieure de la femme. En outre, elle a déterminé que les époux ont des droits égaux en matière de capacité civile et de subsistance et d'éducation des enfants.
  • En 1984, la première loi dépénalisant l'avortement sous certaines conditions a été adoptée. L'avortement a ensuite été légalisé en 2007.
  • Aujourd'hui, la population qui travaille est plus ou moins également répartie entre les hommes et les femmes, contrairement à ce qui se passait en 1974, où seulement environ 20 % des travailleurs étaient des femmes.

C'est pour la poursuite de cette lutte que Josefinas soulève les femmes et leur force chaque jour. Nous croyons qu'ensemble, pas à pas, nous pouvons tout réussir!